HiStOiReS InDiEnNeS.2
VOYAGE en INDE (été 2007) dans l' HIMALAYA : LADAKH, HIMACHAL PRADESH.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis

Rubriques

A1. L INDE a PARIS, mai.juin 2007.
A2. L ART GUPTA, expo : juin 2007
A3. JIVYA SOMA MASHE. NEK CHAND. Eté 2007
B1. FAUTE au METRO de DELHI !
B2. COMPLAINTE du GRILLON de DELHI
C1. SINGERIES à SHIMLA
C2. SHIMLA : débordements.
D1. Sur la ROUTE de MANALI
D2. MANU à MANALI
E. NUIT à SARCHU (4253 m).
F1. FESTIVAL de CHEY
F2. La GRECE me BLESSE
F3. SILEX
F4. THIKSE, un MONASTERE
G. Soucis d'un OCCIDENTAL au LADAKH
H1. YANGTANG TOPKA
H2. DANSES de DERVICHES-LADAKHIS
H3. TREK dans le CHAM
H4. D'HEMIS-SHUKPACHEN à LAMAYURU
H5. LAMAYURU : de moines
I. ALCHI (I et II).
J. CHEMREY : une approche
K. Une PUJA à LEH
L. TSO MORIRI : vallée de la RUPSU
M1. KHARDUNG LA, 5602 m
M2.Sous le SOLEIL de HUNDER
N. Le PROJET HIMALAYA
O. A VELO au LADAKH
P1. KIBBER
P2. Sur les TOITS du KI GOMPA
P3. Du SPITI au KINNAUR
Q1. TABO : la vie d'un monastère
Q2. DHANKAR : nid d'aigles
Q3. CHECK POINTS au KINNAUR
Q4. De TABO à CHANGO (Rodéo en jeep)
Q5. Un DALAI LAMA voyageur
R1. KALPA
R2. Du KINNAUR
R3. SARAHAN : temple de Bhimakali
S. RAMPUR : visite impromptue
T. SHIMLA
U. Une VIE de CHIEN
V. VOYAGES

Menu

http://inde.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com


VOYAGES (Septembre 2007).

 

 

V O Y A G E S

 

 

 

Vous pouvez suivre

 

 

mon voyage 2008 en Inde

 

 

sur :

 

 

http://inde3.uniterre.com

 

 

 

1

 

 

 

 "Sans franchir sa porte

on connaît l'univers.

Sans regarder par sa fenêtre

on aperçoit la voie du ciel.

 

 

Plus on va loin, moins on connaît.

 

 

Le saint connaît sans voyager

comprend sans regarder

accomplit sans agir."

(Lao-Tseu).

 

 

 

 

 

"Je suis piéton de la grand route par les bois nains ;

la rumeur des écluses couvre mes pas.

Je vois longtemps la mélancolique lessive d'or du couchant."

(Arthur Rimbaud).

 

 

 

 "Ô les énormes avenues du pays saint, les terrasses du temple ! Qu'a-t-on fait du brahmane qui m'expliqua les Proverbes ?

D'alors, de là-bas, je vois encore même les vieilles !

Je me souviens des heures d'argent et de soleil vers les fleuves, la main de la campagne sur mon épaule, et de nos caresses debout dans les plaines poivrées."

(Arthur Rimbaud).

 

 

 3

 

 

 

              "Ô mon cœur, si tu ne peux supporter le chagrin, va-t-en.

              La gloire de l'amour n'est pas peu de chose : va-t-en.

              Ô mon âme, viens, toi, si tu es sans effroi,

              Mais si tu as peur, ce n'est pas ton affaire, va-t-en."

(Djalal-od-Dîn Rumi).

 

 

 

                "Quand cette perle était avec moi, j'étais rempli de joie.

                Agité comme la vague par le souffle de mon propre être,

                Bouleversé comme le tonnerre, j'ai dit le secret de la mer

                Et pareil au nuage assoiffé, j'ai dormi sur le rivage."

(Djalal-od-Dîn Rumi).

 

 

4 

 

 

 

               "Mets à ton coursier le mors et la bride

               Et enlève-le tout sellé et harnaché vers le ciel !

               Enfourche la monture de tes pensées

               Et place ton pied dans l'étrier de l'Absolu.

 

               Allons ! Je t'emmène au Paradis

               Et si tu bronches, je te frapperai du fouet de l'Amour !

 

               Ceux-là sont bons cavaliers, dit Kabîr

               Qui se gardent du Véda et du Coran."

         (Kabîr). 

 

 



Publié à 18:00, le 3/09/2007 dans V. VOYAGES
Lien

Une VIE de CHIEN (1er septembre 2007). Avec 4 PHOTOS.

 

Une VIE de CHIEN

 

 

 

 

Cette expression proverbiale est d'une pertinence absolue.

La vie des chiens est chaos ininterrompu de difficultés, de sacrifices et d'efforts pour survivre.

 

 

Dans la jungle des rues,  les chiens doivent sans cesse imposer leur droit, fragile et provisoire, à l'existence.

 

 

Démonstration à l'aide de quelques photos :

 

 

 

Bande de vauriens squattant un trottoir

après une féroce bagarre nocturne (Leh).

 

 

 

 

  

 

Teigneux méditant une revanche

contre une bande canine rivale (Rampur).

 

 

 

 

 

 

Clebs assommé au bas d'escaliers à Shimla.

 

 

 

 

 

 

Frères de combat cherchant des conseils

après une virée de plaies et de bosses (Vashicht).

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 18:14, le 1/09/2007 dans U. Une VIE de CHIEN
Lien

SHIMLA (31.08.2007). Avec 5 PHOTOS.

 

 

SHIMLA

 

 

        

 

 

                        Difficile d'y trouver un logement

                        bon marché autour de la gare routière

 

 

 

                        Il faut grimper sur une colline au delà

                        de la State Bank of India

                        où de nombreuses guest houses

                        louent surtout à des Indiens

 

 

 

 

                        Shimla, la britannique, avec son Mall

                        ses beaux arbres aux vastes ramures

                        ses monuments publics de pierres anglaises

                        et son smog, qui lentement envahit

                        les coteaux jusqu'à Christ Church

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                        L' Inde s'invite avec les singes facétieux

                           les chiens copulant à Scandal Point

                        lovés pour la nuit au milieu du Ridge

                           avec les bazars, surchargés d'échoppes

                        où les vaches grapillent aux étals

 

 

                        A Shimla, on revendique propreté et espaces verts

                        c'est une ville de casernes et d'uniformes

                        de tenue, de retenue - so british

 

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 18:47, le 31/08/2007 dans T. SHIMLA
Lien

RAMPUR : une visite impromptue (30.08.07). Avec 17 PHOTOS.

 

 

 

 

RAMPUR :

 

une visite impromptue

 

 

 

 

A Sarahan vers 6h30 ce matin, je prends le premier bus en direction de Shimla, ma véritable destination.

Le bus a pour terminus Rampur, où il arrive vers 8 heures.

Au lieu de grimper dans un bus pour Shimla, je prends un thé et une paratha dans une dhaba de la gare routière. Puis je décide de visiter Rampur.

Mon sac en dépôt chez un marchand, je descends vers la rivière Sutlej.

 

 

La vieille-ville de Rampur est bâtie à flanc de coteau. 

Par des escaliers, j'aboutis au Main Bazaar, où je cherche une cyberboutique. Mais il est trop tôt, presque toutes les boutiques sont fermées.

J'erre comme une âme en peine...

A 920 m d'altitude seulement, je crève de chaud avant 9h et retire ma polaire. Chaleur et humidité, je n'étais plus habitué à cet écœurant cocktail !

 

 

Je fonce vers la Sutlej pour chercher un peu de fraîcheur.

Au milieu du pont, je regarde ses eaux limoneuses rouler sur elles-mêmes avec fracas. Le pont vibre et ondule comme un dragon affamé. Le ciel est bouché par d'épaisses couches de nuages. 

Je traîne un peu, en photographiant des passants, les deux rives boisées, un temple hindou rose tout proche, d'où un saddhu m'observe.

 

 

 

 

En remontant, au bout de Main Bazaar, je photographie une demie-heure dans un parc.

 

Une libellule vrombit, fait de la voltige au-dessus d`un bassin.

 

Certaines fleurs avaient échappé à ma furie photographique :

 

 

 

 

 

Ce petit parc, très agréable, comprend des massifs de bougainvillées, des bosquets taillés, une pseudo grotte de rocailles encadrant le bassin, quelques pelouses.

 

 

Main Bazaar, une cyberboutique, découverte avant 8h30 et qui devait ouvrir à 9h, reste close. Un passant m'informe qu'elle devrait ouvrir à 10h...

Devant ma mimique désabusée,  un jeune homme me guide dans le dédale du bazar vers une salle, dotée d`ordinateurs, et pleine de jeunes.

Tous attendent la fin de la coupure de courant ! (Je repasserai une heure plus tard, retrouvant le même public, attendant un hypothétique retour de l`électricité...) 

 

 

Je remonte donc à la gare routière.

 

 

En face, un ancien temple de pierre, avec de belles lauzes comme couverture, dont la charpente en bois est ornée de sculptures et de gravures.

 

 

 

 

L'intérieur du toit est entièrement sculpté.

 

 

 

 

On dirait un temple d'Hanuman. 

Une statue du dieu singe garde à gauche l'entrée, l'autre statue est cassée.

 

 

Dans cette zone, de nombreux ouvriers restaurent les bâtiments.

 

 

Je redescends pour mieux apprécier le vieux Rampur.

 

 

 

Autour d'une grande école publique, je repère plusieurs lieux.

Vers la rivière, un cimetière musulman assez ombragé contient quelques tombes.

Sans doute, les tombes du Maharaja de Bushahr et de la Maharani.

Certaines stèles sont encore en place.

 

                     

 

 

 

Aucun entretien...

Une vache allongée rumine sur le passage du temps et la vanité des choses humaines...

A la sortie, dans le caniveau, gisent deux stèles du cimetière...

 

 

En face de l`école, un temple hindou, récent et pimpant, est entretenu par un saddhu.

 

 

Des sculptures le complètent, comme un taureau blanc Nandi (un petit personnage tient sa queue).

 

 

 

Et un lion jaune olive, qui tire une langue rose.

 

 

 

A droite, le chemin donne sur un atelier, où l'on broie des écorces pour en tirer une substance orange, dont on remplit des sacs.

 

 

Plus bas, c'est l'entrée d'un temple (indiqué nulle part), construit dans un parc à l'abandon, où des familles habitent deux maisons. Construction en pierre, couverture en lauzes, mais la charpente en bois est en piteux état.

                

Un saddhu qui me regarde de l'autre côté du muret m'apprend que c'est le Ramasita Temple.

J'aime bien ce temple, dans ce cadre verdoyant. Il n' a aucune sculpture remarquable. Sa porte est cadenassée.

 

 

Ensuite, je remonte le bazar, qui contient des temples moins intéressants. Pour moi, Rampur, c'est le retour dans une Inde hindouiste, où je ne vois guère de Ladakhis, de Népalais.

A la gare routière, je récupère mon sac à dos, monte dans un bus pour Shimla.

Il est 11h30, j'ai déjà faim, mais 6 heures de trajet m'attendent.

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 

 

DROIT D'AUTEUR :


Les textes et les photographies présents sur ce blog http://inde2.uniterre.com sont protégés par le droit d'auteur et les droits de propriété intellectuelle.
 
Toute reproduction ou représentation, sans autorisation préalable de l'auteur, en tout ou partie, de tout texte présent sur ce site à d'autres fins sur un quelconque support est interdite.
 
Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.

  



Publié à 18:41, le 30/08/2007 dans S. RAMPUR : visite impromptue
Lien

SARAHAN : le temple de Bhimakali (29.08.07). Avec 5 PHOTOS.

 

 

SARAHAN :

 

le temple de Bhimakali

 

 

 

 

 
 

 

 

                        Au XIXe siècle, pour apaiser Bhimakali

                        on pratiquait encore des sacrifices humains

                        au temple Lankra vir...

 

 

 

                        Le Srikhand Mahadev (5227 m)

                        disparaît sous une masse nuageuse

                        Sarahan domine de très haut la Sutlej

                        attire pour le temple de Bhimakali

                        une variante de Kali, la sanglante

 

 

 
 

 

 

 

                        Un soldat, baïonnette au fusil, veille :

                        se déchausser, ne pas photographier

                        porter un couvre-chef...

 

 

 

 

                        L'alliance du bois sculpté, de la pierre grise

                        et des lauzes sur les toits, surprend

 

 

         

 

                        Le temple de droite, vieux de 800 ans

                        est en cours de reconstruction

                        une nuée d`ouvriers s'active sur le chantier

                        beaucoup cassent des cailloux

                        à 16 h, tous s'arrêtent pour un thé

 

 

                    

 

 

 

                        Le temple de gauche, du début du XXe siècle

                        se visite sommairement : un guide montre

                        la statue de Bhimakali, en vitesse

                        il veut déjà redescendre !

 

 

 

                        Je fais le sourd, puis lâche, très british :

                        - "Shanti, shanti ! We are in India, not in America !"

                        Cela l'amuse, et il me propose un thé...

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 18:37, le 29/08/2007 dans R3. SARAHAN : temple de Bhimakali
Lien

DU KINNAUR (28.08.2007).

 

 

Du KINNAUR

 

 

   

 

 

Situé au Nord de l'Inde en sa partie himalayenne, le Kinnaur est une région orientale de l'Himachal Pradesh, voisine du Tibet.

Il est traversé d`Est en Ouest par la Sutlej (Satluj), où se jette la Spiti vers Khab (au Sud de Nako).

La Sutlej prend sa source près du mont Kailash au Tibet.

 

 

Les Kinnauris respectent un mélange d'hindouisme et de bouddhisme tibétain. 

Par exemple, Kalpa possède un temple bouddhiste, au toit pagode de tôle galvanisée jaune, et une zone de temples hindous, aux belles sculptures en bois.

 

 

La pièce essentielle du costume traditionnel kinnauri est le thepang.

C'est une toque de laine, très souvent grise pour les femmes et marron pour les hommes. Elle possède un revers sur les deux tiers de sa circonférence, le plus souvent vert. Un liseré rajoute une couleur supplémentaire, par exemple le rose, à cette coiffe fort élégante.

 

 

On peut voir aussi des thepang dont le revers est bordeaux, mais ils sont rares. Le thepang est porté par davantage de femmes que d'hommes.

Les hommes qui s'en coiffent sont presque tous âgés.

Serait-ce pour cacher une calvitie peu seyante ?

 

Lionel Bonhouvrier.  



Publié à 19:32, le 28/08/2007 dans R2. Du KINNAUR
Lien

KALPA (27.08.2007). Avec 7 PHOTOS.

 

 

 

 

KL PA

 

 

 

 

               A Kalpa, Shiva se retire l'hiver

               pour méditer... en tirant sur son chilom...

               Cette fumerie divine contribue-t-elle

               aux nuages qui souvent recouvrent

               les neiges éternelles du Kinnaur Kailash ?

 

 

 

 

 

 

               Les temples de Narayan-Nagini

               magnifiquement décorés en bois

               de sculptures d'oiseaux, de tigres, crocodiles,...

               ressemblent à des chalets de montagne

 

 

 

 

 

 

               Aucun singe, mais des vaches, chèvres et moutons

 

 

 

 

               A Kalpa, des chiens errants le jour

               hurlent en bandes vers 3 ou 4 heures du matin

               les mouches sont omniprésentes

               sans-gêne, fureteuses - satanées mouches !

 

 

 

 

 

 

 

               A Kalpa, un homme scalpe les bêtes

               de leur peau - en public

               au-dessus de la place principale

               autour de sa cabane, des chiens rodent...

 

 

 

               A Kalpa, je regarde les abricots

               sur les toits-terrasses sécher au soleil

               et les pommes rougir dans les vergers.

               Le vent m`empêche de photographier les fleurs

 

 

 

 

 

 

               Dans ma guest-house, j'ai pour voisins de chambre :

               une vache ruminant hors de l'étable

               deux Allemands de Hambourg

               remplacés aujourd'hui par trois Israéliens

               amateurs de guitare

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 19:25, le 27/08/2007 dans R1. KALPA
Lien

Un DALAI LAMA voyageur (27.08.07).

 

 

UN DALAï LAMA

 

VOYAGEUR

 

 

 

 

Ce Dalaï Lama voyage beaucoup pour enseigner.

Il est donc assez facile de le voir.

Cet été, il a croisé ma route à plusieurs reprises.

 

 

 

D'abord au Ladakh, au sud de Leh, dans un village de réfugiés tibétains : Choglamsar.

Il y est resté plusieurs jours.

La famille de ma guest house de Changspa (Solpon Guest House) s'est endimanchée pour aller le voir un matin.

De mon côté, les embouteillages sur la route, la foule et la nécessité de travailler à mon blog sur internet, m'ont incité à rester à Leh.

 

 

Le 9 août, je pars pour la vallée de la Nubra, où le Dalaï Lama séjourne trois jours.

À mon arrivée à Diskit, il venait de donner un enseignement et la foule descend du Gompa de Diskit.  Dans les rues  pavoisées, les passants portent souvent des tenues traditionnelles.

 

 

Le Dalaï Lama se rend aussi dans l'Himachal Pradesh.

Quand j'arrive à Kaza, j'apprends qu'il enseignera pendant six jours à Nako : du 22 au 27 août. Pendant cette période, les lieux où je passe : Kaza, Tabo, Kibber et le Dhankar Gompa, se vident littéralement !

Par exemple, il ne reste que deux moines à Tabo pour s'occuper des monastères et de la guest house... Leur fonctionnement s'en ressent.

Dans la matinéé du 23 août, cinq touristes seulement ont visité le Dhankar Gompa (deux couples et moi). Presque tous les autres étaient massés à Nako !

 

 

Partout où le Dalaï Lama passe, il draine des foules considérables, de moines, d'habitants, de touristes indiens ou étrangers.

 

 

Lionel Bonhouvrier. 



Publié à 10:19, le 27/08/2007 dans Q5. Un DALAI LAMA voyageur
Lien

De TABO à CHANGO (Rodéo en jeep) (26.08.07).

 

 

De TABO à CHANGO

 

(Rodéo en jeep)

 

 

 

 

 

Que diable allais-je donc faire dans cette galère ?

 

 

 

 

 

Je m'allonge sur le dos pour offrir moins de prise au vent.

Le ciel tourne à grande vitesse, je ferme les yeux, mais je ressens les cahots plus intensément.

Yeux ouverts, je m' accroche des deux mains aux barres de la galerie. J'ai les muscles crispés, j'ai peur d'une crampe, et de lâcher. En ce cas, le vol plané est assuré, au mieux sur la route, au pire dans le ravin. 

Déjà trois quart d'heure que je voyage à ciel ouvert, sur le toit de cette jeep...

 

 

La veille au dîner dans le restaurant du monastère de Tabo, je me mets d'accord avec un jeune chauffeur népalais. Départ vers 6 heures du matin. Trajet : de Tabo à Recong Peo en jeep, pour 160 roupies.

 

 

Ce matin avant 6h, je le croise dans les couloirs de la guest house. Départ prévu pour 6h30, car il a recruté "une famille de pèlerins".

Quand je descends, il finit d'accrocher sur la galerie les bagages de femmes du Kinnaur. Leur bonnet coloré, vert à la toque grise, est très reconnaissable. En attendant le départ, elles défilent dans plusieurs temples du monastère, que le jeune moine leur ouvre.

Je les compte : six, huit, onze, treize... Comment allons-nous tous entrer dans la jeep ?

 

 

Le chauffeur tasse mes deux sacs à dos dans le minuscule coffre arrière. Il me désigne une place sur son propre siège avant, à cheval sur le levier de vitesse. Deux femmes se serrent à ma gauche...

Quand toutes les femmes arrivent, le chauffeur comprend enfin le problème.

Il me montre le toit. Est-ce que j'accepte de grimper sur la galerie ?

Cela semble être une solution...

 

 

Vers 6h45, la jeep démarre. Assis en tailleur sur les bagages, je m'agrippe aux cordes reliant les sacs. Vais-je tenir le coup ? Lentement, la jeep traverse Tabo.

Attention aux fils trop bas qui traversent la route ! Je baisse la tête au bon moment. La vigilance s'impose...

La jeep passe sous le portique, tourne à droite sur la route principale qui mène à Recong Peo, soit 160 km. En Inde, il faut huit heures pour accomplir cette distance...

Je calcule le temps qui me reste. Les femmes descendent à Nako, pour l'enseignement que donne le Dalaï Lama pendant six jours. Soit plus de 60 km, réalisables en trois heures ! Je ne suis pas au bout de mes peines...

 

 

Les paysages de montagnes sont magnifiques, mais je manque de sérénité pour en profiter. Pendant les cinq premières minutes, le chauffeur roule assez lentement.

Ensuite, il semble oublier son passager dans le vent, perché sur sa nacelle. Il accélère sensiblement, pour ne pas se laisser distancer par deux jeeps, roulant devant nous...

 

 

Je ne peux plus rester assis, le vent me chahute trop. Je m'allonge sur le dos, accroché aux cordes, la capuche de ma veste rabattue sur la tête.

La route dévalle vers la Spiti en longs lacets, je plonge dans ce gouffre comme en un tobbogan géant. Je n'entends que le moteur de la jeep, le bruit du vent s'engouffrant dans ma capuche et dans les deux jambes de mon pantalon. Me voilà transformé en bibendum...

Après trente minutes, la nuque commence à me faire mal.

J'essaye de me rasseoir, mais la jeep va trop vite, je suis obligé de me recoucher sur le dos, comme un martyr chrétien de l`antiquité, lié sur le dos d'un taureau sauvage.

Le rodéo continue, je redoute une crampe, mais pour l'instant, j'arrive à détendre mes bras lorsqu'ils sont trop crispés.

De temps en temps, je sursaute sur mes sacs, secoué par la route défoncée.

Je me maintiens sur mon perchoir : talons fixés à la barre antérieure de la galerie, mains agrippées à la galerie ou à des cordes.

 

 

Soudain, la jeep s'arrête. Je descends en vitesse pour me détendre. Le chauffeur bafouille que c'est un check-point, que je dois continuer. Pendant que j`urine, il démarre en trombe !

Je marche donc deux cents mètres, jusqu'à la barrière du check-point située juste avant le pont de Sumdo. En 1h30, nous avons parcouru les 33 km séparant Tabo de Sumdo.

Je rejoins le chauffeur dans la pièce où un policier vérifie les permis de passage au Kinnaur, ainsi que les passeports. Tout va bien.

Puis je rejoins la jeep. Coup d'oeil à l'intérieur : c'est l'entassement garanti ! Deux femmes me donnent des boulettes comme petit déjeuner. Je m'empresse d'en manger, car le rodéo sur une jeep, cela creuse !

 

Sur un signe du chauffeur, je franchis à pied le pont et continue sur quelques dizaines de mètres... avant de monter à nouveau sur le toit de la jeep.

En mangeant avec délice les deux boulettes, j'arrive à rester assis car la route monte et la jeep roule à une allure modérée.

De plus, l'arrêt à Sumdo et la nourriture me rendent optimiste, j'arriverai à boucler les 28 ou 30 km qui restent jusqu'à Nako !

 

 

A part quelques cahots spectaculaires, j'ai moins de frayeur que sur le début du parcours. De plus, je m'habitue peu à peu aux difficultés et je parviens à détendre régulièrement mes muscles.

La route passe dans une très belle région, encaissée. La Spiti continue sa course folle avant de se jeter au Sud de Nako dans la Sutlej.

Dix-huit kilomètres plus loin, nous arrivons à Chango, situé à 3658 m d'altitude, directement au coeur du village. Foule et embouteillage. Sous leur parapluie, des piétons se protègent du soleil. 

 

Cette fois, le chauffeur de notre jeep a oublié de s'arrêter avant le check point ! Un policier, qui me voit descendre de mon perchoir, nous accueille le chauffeur et moi, avec colère :

- " Vous avez risqué un grave accident ! C'est dangereux sur cette route !"

Le chauffeur népalais baisse la tête et laisse passer l'orage. J'explique au policier que la jeep est archipleine, que j'ai payé pour voyager à l'intérieur. Mais que sur la proposition du chauffeur...

Un autre policier vérifie mon permis. Je tends mon passeport au premier policier, qui l'ignore avec hauteur, préférant engueuler vertement mon chauffeur...

 

Le policier me demande si j'ai déjà payé le voyage en jeep.

- "Non ? Dans ce cas, pas question de continuer. Prenez ce bus pour Nako !" Et il me montre un bus qui franchit le check point, m'accompagne, vérifie que je m'y installe...

 

 

Ainsi se termine mon parcours de 51 km sur le toit d'une jeep entre Tabo et Chango, sur une des routes les plus accidentées de l'Himalaya.

Dix kilomètres plus loin, après la traversée de paysages à couper le souffle, le chauffeur de la jeep m'attend à la sortie du bus à Nako. Avec d'autres passagers, je continue, à l'intérieur de la jeep, jusqu'à Recong Peo, à environ 110 km. 

Ce diable de chauffeur est responsable d'un accident avec une petite voiture peu après Nako, mais c'est déjà une autre histoire...

 

 

Lionel Bonhouvrier.

 

 

DROIT D'AUTEUR :


Les textes et les photographies présents sur ce blog http://inde2.uniterre.com sont protégés par le droit d'auteur et les droits de propriété intellectuelle.
 
Toute reproduction ou représentation, sans autorisation préalable de l'auteur, en tout ou partie, de tout texte présent sur ce site à d'autres fins sur un quelconque support est interdite.
 
Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.   



Publié à 18:14, le 26/08/2007 dans Q4. De TABO à CHANGO (Rodéo en jeep)
Lien

CHECK POINTS au KINNAUR (25.08.07).

 

 

CHECK POINTS

 

au

 

KINNAUR

 

 

 

 

 

            Pour traverser le Kinnaur

            les étrangers ont besoin d'un permis. 

            La route de KAZA à RECONG PEO

            regorge donc de check points.

 

 

 

            J'arrive à SUMDO, perché

            sur le toit d'une jeep depuis Kaza...

            mais le chauffeur me fait descendre

            avant l'arrivée au check point :

            je passe comme une fleur 

 

 

 

            À CHANGO, le chauffeur oublie

            de me faire descendre !

            Le policier du check point s'énerve :

            et si j'avais eu un accident ?

            Il en oublie de vérifier mon passeport

            pas question de remonter dans la jeep

            il me fourre dans un bus pour Nako.

 

 

 

            À Nako, je remonte dans la jeep

            pour une centaine de kilomètres jusqu'à Recong Peo 

            Arrêt à un check point du côté de PUH.

 

 

 

            Un gamin somnole contre ma poitrine...

            ... et vomit trois fois par la portière...

            J'arrête la jeep, je débarbouille

            le malade et le fais marcher 

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 10:09, le 25/08/2007 dans Q3. CHECK POINTS au KINNAUR
Lien

DHANKAR : nid d'aigles (24.08.07). Avec 11 PHOTOS.

 

 

 

 

 

DHANKAR :

 

nid d'aigles

 

 

 

 

 

 

 

                        Dans la vallée de la Spiti, à Sichling

                        une route en lacets grimpe sur 8 km

                        jusqu'à Dhankar

                        traverse le village jusqu'au gompa

 

 

 

 

 

                        On accède au toit par une échelle branlante

                        à laquelle il manque des planches : 

                        aléatoires sont les voies du Ciel ! 

 

 

 

 

 

                        Un précipice aimante vers la Spiti :

                        les méandres d'un lit très large dérivent

                        avec d'infinies nuances de gris et de blanc

                        sur une rive, des larmes vertes et jaunes

                        semblent des oasis de joie

 

 

 

 

 

                        Sur le côteau, des champs en terrasses

                        quadrillent l'espace de rectangles fertiles

                        tout le reste est du sable et des roches

                        gris, marron, brun - stérile et désertique

 

 

 

 

 

                        Au loin, les montagnes grises et beiges

                        sont entaillées par la Spiti, où se jettent

                        les eaux blanches d'une autre rivière

                        bouillonnantes, qui luisent au soleil

 

 

 

 

 

 

                        Sur le toit, le vent secoue de longues cordes

                        ornées de drapeaux multicolores

                        qui délivrent des prières dans l'espace

 

 

 

 

 

                        des têtes de mort à tridents

                        grimacent au-dessus de tonneaux colorés

 

 

 

 

 

 

                        Côté village, des cheminées de fée ponctuent

                        le cirque de montagnes en demi-cercle

 

 

 

 

 

 

                        au sommet, un monastère plus récent

                        domine l'ensemble du Dhankar

 

 

                        Un seul moine fait visiter le monastère

                        tous sont à Nako, où enseigne le Dalaï Lama

 

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 10:06, le 24/08/2007 dans Q2. DHANKAR : nid d'aigles
Lien

TABO : la vie d'un monastère (23.08.07). Avec 6 PHOTOS.

 

 

 

TABO :

 

 

la VIE d'un MONASTÈRE

 

 

 

 

 

 

 

 

                        Les deux moines restés à Tabo

                        (les autres étant à Nako, voir le Dalaï Lama )

                        mènent la puja de 6 heures

                        l'un joue du gong et des cymbales

                        l'autre agite la cloche et le tambourin

                        ils psalmodient les textes bouddhistes

 

 

 

 

 

 

                        Dans les temples, un puits de lumière

                        permet de voir une partie des fresques :

                        bouddhas et boddhittavas, dieux et déesses

                        sages et ermites, quelques mandalas...

 

 

 

 

 

 

 

                        On ne peut photographier

                        ni rester le temps souhaité

                        un seul moine fait visiter sept temples...

 

 

 

 

 

                        Perché sur un temple, ou sur le toit de l'auberge

                        je regarde Tabo

                        le ciel au lever du soleil, à son coucher

                        les grottes des collines où flottent des drapeaux

 

 

 

 

 

 

                        Chaque soir, la bibliothécaire fait le tour

                        du monastère - suivant un itinéraire immuable

                        déambulant dans ce mandala

                        dont les temples sont les cercles de pierre

 

 

 

                        Au restaurant du gompa, les rencontres

                        se nouent : on déplace chaises et tables

                        un chauffeur de jeep recrute des clients

                        dîner aux bougies en cas de coupure de courant

 

 

Lionel Bonhouvrier. 



Publié à 10:03, le 23/08/2007 dans Q1. TABO : la vie d'un monastère
Lien